Loading...
Faits divers

6 DOCUMENTAIRES TROUBLANTS SUR LES CULTES ET LA RELIGION SUR NETFLIX 

 

 

Jusqu’où iriez-vous pour avoir un sentiment d’appartenance ?

 

Les documentaires sur les cultes font fureur. De la Scientologie à la Kabbale en passant par le Rajneeshpuram, il semble y avoir un documentaire ou une série documentaire pour chaque groupe religieux extrémiste. Mais par où commencer ? Nous avons dressé une liste des meilleurs (et des plus inquiétants) docs disponibles en streaming sur Netflix en ce moment, car les sectes sont fascinantes.

Parce que, bien sûr, les gens veulent appartenir à un groupe auquel ils s’identifient, et c’est peut-être cette quête interne d’acceptation qui alimente tant de sectes. Qu’elles fondent l’idéologie collective sur la religion ou sur un mode de vie plus séculaire et idéaliste, les sectes sont généralement marquées par un dégoût de la pensée critique chez les adeptes. Elles sont également souvent dirigées par un leader charismatique et infaillible. Découvrez la série culte avec Helene Rolles en suivant le lien

 

WILD, WILD COUNTRY, 2017

Rien dans cette docusérie oscarisée, produite par les frères Duplass, n’est exactement ce qu’il semble. On vous pardonnerait de ne regarder que le premier épisode de Wild, Wild Country et de supposer que toute l’émission porte sur une commune hippie folle de sexe et inspirée par les religions orientales, mais les choses se compliquent rapidement.

Cette série est en fait l’histoire de deux communautés très différentes – les habitants de Rajneeshpuram et du comté de Wasco, dans l’Oregon – qui se frottent l’une à l’autre sur une terre américaine aride.

Sûr, le chef du culte Bhagwan Shree Rajneesh est intéressant, mais son second prend le devant de la scène au bout d’un moment. Indien-Américain-Suisse co-cultiste Ma Anand Sheela se révèle être une puissance plus redoutable dans le culte au fil du temps, et elle a joué un rôle dans l’attaque bioterroriste Rajneeshee 1984. Plus que toute autre série de la liste, regarder cette série vous laissera choqué de ne pas avoir entendu cette histoire de dingue avant.

 

THE KEEPERS, 2017

L’Église catholique couvrant les cas de pédophilie de ses dirigeants est une histoire d’horreur tellement médiatisée qu’il est difficile d’imaginer une époque où les gens ne faisaient pas de blagues sur les pédocriminels. Ce dont on parle moins souvent, c’est de la façon dont les femmes de l’église répondent aux allégations d’agressions sexuelles – certaines enquêtent sans relâche, une quête immortalisée par Meryl Streep dans Doubt, mais d’autres choisissent d’agir avec complicité.

Dans le cas de Sœur Catherine Anne « Cathy » Cesnik, on pense qu’elle a été assassinée pour avoir dénoncé des prêtres abusifs. Ce docusérie de 2017 laisse les téléspectateurs se raccrocher à des pailles pour trouver une solution possible au meurtre de Sœur Cesnik, qui n’a toujours pas été élucidé.

Un de nous, 2017

Il y a de nombreuses raisons pour lesquelles un New-Yorkais peut quitter la communauté hassidique : il peut vouloir aller à l’université, ou découvrir qu’il est gay. Les histoires d’Ari et d’Etty, deux des trois personnages visés par le docu-fiction de 2017, sont peut-être un peu plus sombres et troublantes que celles racontées par la moyenne des ex-communicants hassidiques.

Ari, cocaïnomane en lutte, a été agressé enfant et a vu sa communauté religieuse couvrir l’attaque. Etty a été forcée d’épouser son agresseur à 19 ans et a donné naissance à 7 enfants tout en l’attendant pieds et poings liés. Par les cinéastes derrière Jesus Camp (malheureusement plus disponible sur Netflix), One of Us examine la foi religieuse et l’orthodoxie avec une touche impressionnante de délicatesse.

 

HOLY HELL, 2017

Lorsque Will Allen, 22 ans, a été mis à la porte de sa maison parce qu’il était gay, il a trouvé un réconfort temporaire dans la secte Buddhafield. Il a finalement quitté et déprogrammé, mais heureusement pour nous, Allen est un cinéaste qui a compilé des heures d’images qu’il a tournées alors qu’il vivait avec les cultistes de Buddhafield dans un film documentaire pour CNN. Ce film, Holy Hell, est disponible sur Netflix, et c’est un regard sensible (mais dérangeant) sur la façon dont les cultes ne semblent jamais sinistres au premier abord. En fait, Allen a bénéficié à bien des égards de son adhésion à Buddhafield, même s’il a failli payer de son indépendance.

 

THE LOST KEY, 2014

The Lost Key plonge dans la sexualité dans le judaïsme et la Kabbale, dont la plupart d’entre nous se souviennent comme « la secte proche du judaïsme qui a absorbé Madonna ». Comme Holy Hell, ce documentaire raconte une histoire spécifique et personnelle, puisque le cinéaste Ricardo Adler analyse sa spiritualité et s’entretient avec un rabbin après un divorce brutal.

Le rabbin Manis Friedman et Adler lui-même sont des individus imparfaits, et les critiques du documentaire les ont qualifiés tous deux d’un peu égocentriques et enclins au nombrilisme. Cependant, si vous vous sentez curieux de savoir comment les personnes religieuses font face aux pulsions sexuelles, et à leur besoin intense d’intimité, The Lost Key est un regard fascinant sur la vie d’un homme.

 

WITCHES : A CENTURY OF MURDER, 2015

Souvent, la montée des religions strictes s’accompagne d’un décompte des corps. Dans le cas du christianisme puritain en Grande-Bretagne, des femmes ont été torturées et tuées en les soupçonnant d’être des sorcières, des possédées ou de communier autrement avec l’occulte.

Les procès de sorcières sont un sujet courant dans la culture pop glauque, mais Witches : A Century of Murder rend le sujet fraîchement inquiétant, en le situant hors des colonies américaines et dans la Grande-Bretagne rurale. Bien qu’il ne s’agisse pas techniquement d’un culte, Witches explore ce qui arrive à un groupe de personnes lorsque leurs nouveaux idéaux l’emportent sur leur humanité commune.