Loading...
Faits divers

Rayons X, ce que les patients doivent savoir !

Cat : 

 

Qu’est-ce que les rayons X et à quoi servent-ils ?

 

Les rayons X sont une forme de rayonnement électromagnétique qui peut pénétrer ou traverser le corps humain et produire des images en forme d’ombre des os et de certains organes. Les images peuvent révéler des signes de maladie et de blessure.
Les rayons X sont utilisés en médecine dans des procédures telles que :

  • la radiographie, qui produit une image fixe de rayons X ;
  • la fluoroscopie, qui  permet l’observation des mouvements dans le corps et certaines procédures de diagnostic et de traitement ;
  • la tomographie assistée par ordinateur, qui produit des images fixes plus détaillées.

Le corps absorbe une partie de l’énergie des rayons X. Les très faibles doses de rayonnement absorbées lors des procédures d’imagerie ne produisent généralement aucun effet indésirable, mais il est tout de même recommandé de réduire les doses autant que possible. Des doses de rayonnement très importantes sont utilisées en radio-oncologie ou en radiothérapie pour stopper la multiplication des cellules cancéreuses. Voulez-vous en savoir plus ?

 

Quel est le degré de sécurité des rayons X ?

 

Les effets indésirables de la dose de rayonnement absorbée dans la pratique diagnostique sont rares. Par exemple, la dose de rayonnement absorbée lors d’un simple examen radiologique, comme une radiographie du thorax ou une radiographie du crâne, de l’abdomen, de la région pelvienne, des bras, de l’épaule ou des genoux, est assez faible et inférieure à celle reçue chaque année de sources naturelles. Même à ces faibles niveaux d’exposition au rayonnement, on ne peut exclure que la dose puisse provoquer un cancer ou des effets génétiques. Il n’y a pas de preuve concrète de tels effets dans aucune étude humaine à ce jour, mais la possibilité théorique ne peut être exclue.

 

Quelles procédures sont associées à des doses de radiations plus élevées ?

 

La tomodensitométrie (CT) et les procédures interventionnelles telles que l’angiographie et le cathétérisme cardiaque sont associées à des doses de radiation plus élevées, environ 100 à 1 000 fois plus qu’une radiographie du thorax.

 

Quels sont les effets possibles des rayonnements sur ma santé?

 

La plupart des examens diagnostiques n’auront pas d’effet indésirable. Les procédures avec des doses plus élevées comme la tomodensitométrie, les procédures interventionnelles ou les expositions multiples pourraient entraîner des effets biologiques dans certains cas. Une dose absorbée plus élevée signifie un risque plus élevé d’effets indésirables – la relation est presque linéaire. Les effets indésirables peuvent inclure des rougeurs de la peau, l’infertilité, des cataractes et la perte de cheveux. Aucun rapport ne fait état d’une exposition aux rayonnements lors de procédures diagnostiques et interventionnelles entraînant une infertilité ou des cataractes. Les patients qui subissent des procédures interventionnelles nécessitant une fluoroscopie d’une durée d’une heure ou plus peuvent, dans de très rares cas, souffrir de lésions cutanées (érythème) induites par les rayonnements. Les examens de diagnostic par rayons X et de médecine nucléaire entraînent un risque légèrement accru de cancer. Ce risque augmente avec l’ampleur de la dose et avec le nombre de procédures.

 

Quelle quantité de rayonnements est acceptable ?

 

Il n’existe pas de limites prescrites pour les doses de rayonnements reçues par les patients. Cela signifie qu’aucune quantité de rayonnement n’est considérée comme trop importante pour un patient lorsque la procédure est justifiée par le médecin. Le médecin examinera les avantages par rapport aux risques. Plusieurs organisations internationales ont établi des directives et des recommandations fondées sur des données scientifiques. Tout doit être mis en œuvre pour réduire l’exposition du patient aux rayonnements. Un principe connu sous le nom d’ALARA – As Low as Reasonably Achievable – guide les pratiques. Un examen qui ne sert aucun objectif médical est inapproprié, quelle que soit la faiblesse de la dose.

 

Comment savoir si l’installation de radiologie est sûre pour effectuer la procédure ?

 

Les appareils de radiologie doivent être entretenus par un personnel qualifié et testés périodiquement. La sécurité radiologique comprend la gestion des doses auxquelles les patients sont exposés. Certaines organisations et agences accréditent les installations qui remplissent des critères liés à la sécurité.

 

Comment saurai-je si je reçois la dose de radiation nécessaire et pas plus ?

 

Les principes suivants sont utiles :

  • Chaque examen doit être justifié. Les avantages et les risques de l’examen ou de la procédure envisagée doivent être pris en compte, et la possibilité d’utiliser d’autres méthodes n’impliquant pas d’exposition aux rayonnements doit être étudiée. C’est le principe de la justification ;
  • Une fois justifié, l’examen doit être réalisé avec une dose de rayonnement minimale. Pour cela, il faut obtenir une qualité d’image adéquate tout en maintenant l’exposition au niveau le plus bas qu’il soit raisonnablement possible d’atteindre. C’est le principe d’optimisation et ALARA ;
  • La dose de rayonnement pourrait être comparée aux niveaux de référence régionaux, nationaux ou internationaux qui indiquent les niveaux de dose approximatifs pour différentes procédures médicales ;
  • Les examens répétés inutiles doivent être évités. Des examens répétés sont parfois nécessaires pour surveiller les progrès, notamment dans le cadre du traitement du cancer.

Puis-je éviter les examens répétés inutiles ?

 

Vous pouvez contribuer à éviter les examens répétés inutiles en vous assurant que votre médecin a accès aux résultats des radiographies précédentes. Même si cela n’est pas possible, il est essentiel d’indiquer à votre médecin la date de l’examen précédent. Tous les examens répétés ne peuvent pas être évités, certains sont nécessaires pour déterminer l’efficacité d’un traitement, par exemple.

 

Est-ce que je deviens radioactif après une procédure radiographique ?

 

Non, les rayons X n’induisent pas de radioactivité.

 

Appropriation et situations particulières

 

Comment mon médecin choisit-il l’investigation ou la procédure la plus appropriée ?

 

Les médecins sont formés pour déterminer les investigations appropriées pour les conditions médicales courantes. Ils peuvent utiliser des critères de référence tels que ceux produits par l’American College of Radiology, la Société européenne de radiologie et le Royal College of Radiologists. Les médecins tiennent compte des antécédents médicaux, des examens, des résultats d’autres tests et de la dose de radiation lorsqu’ils décident d’une méthode d’investigation. Lorsque cela est possible, les médecins choisissent des examens alternatifs qui n’exposent pas les patients aux rayonnements.

 

Quels sont les examens alternatifs disponibles qui n’utilisent pas de rayons X ou de radioactivité ?

 

L’échographie et l’imagerie par résonance magnétique (IRM) n’utilisent pas de rayons X ou de radioactivité. L’échographie est  utile pour examiner le bassin et l’abdomen, en particulier pendant la grossesse, et  pour le sein, les testicules et les tissus mous du cou et des membres. Lorsqu’elle est disponible, l’IRM est de plus en plus utilisée pour l’examen de la tête, de la colonne vertébrale et des articulations. 

 

Comment les doses et les risques de la médecine nucléaire se comparent-ils à ceux des rayons X ?

 

La plupart des examens diagnostiques en médecine nucléaire exposent le patient à une petite dose de rayonnement similaire à la gamme de doses reçues lors des examens aux rayons X.

 

Puis-je subir des examens aux rayons X pendant ma grossesse ?

 

Oui, mais avec certaines précautions. 

Le but est de minimiser  l’exposition de l’enfant à naître aux radiations. Un enfant à naître est considéré comme plus sensible que les adultes ou les enfants aux effets indésirables potentiels des radiations. Pour de nombreuses investigations telles que les examens radiologiques de la tête (y compris les radiographies dentaires), de la poitrine et des membres, la dose reçue par un enfant à naître serait très faible, car la région pelvienne de la patiente n’est pas exposée au faisceau de rayons X. 
Toutes les procédures médicalement justifiées peuvent être menées. 

Les médecins peuvent envisager de retarder les  procédures qui placeraient la région pelvienne et l’enfant à naître dans la trajectoire directe du faisceau de rayons X, en particulier la fluoroscopie ou les examens tomodensitométriques. Si la procédure est essentielle à la santé de la mère, les médecins prennent des mesures spéciales pour maintenir la dose à l’enfant à naître aussi faible que possible. Par exemple, les patientes enceintes peuvent bénéficier d’un blindage des régions pelviennes pendant la procédure, par mesure de précaution supplémentaire.